Hilarion - l'enigme des fontaines mortes


TÉLÉCHARGER
LIRE

Aimez-vous lire?Impossible de trouver le livre Hilarion – l’enigme des fontaines mortes? Bon choix. Estrada, Christophe ne decoit jamais.Voulez-vous telecharger ou lire sans telecharger? Vous pouvez regarder dans notre bibliotheque. Plus de 10000 livres sont absolument gratuits. Cliquez sur le lien ci-dessus et lisez!

DETAILS:
Auteur: Estrada, Christophe
Date de parution: 04/02/2012
Langue: Francais
EAN13: 9782330002121
Taille: 6632,63 KB
Format: PDF.ePUB.MOBI.DJVU

Automne 1776, Aix s’anime : ces Messieurs du Parlement font leur rentree, apres avoir passe les mois d’ete dans leur villegiature. Le chevalier Hilarion, envoye en mission par le jeune Roi Louis XVI pour retablir son autorite dans la province, retrouve avec plaisir la marquise d’Espinouse, sa vieille tante. Le roi, en signe d’apaisement, vient de retablir les parlements du royaume.
Les salons, de nouveau, ouvrent leur porte a une jeunesse que l’on dit plus dissipee, plus insolente, plus violente que jamais. Ce n’est pas le vicomte Hercule de Rognac, qui affiche ouvertement son arrogante superiorite, qui dementira la rumeur. Ce n’est pas non plus la belle Diane de Loubieres : cette jeune femme est si libre !
… Lire&nbsp-la&nbsp-suite
Mais bien vite, le temps n’est plus aux rejouissances ni aux plaisirs mondains. De la scene de theatre ou triomphe la Vitali, le drame se deplace dans les rues les plus sordides de la cite : le corps de l’amant de la seduisante comedienne, fils d’un parlementaire influent, est decouvert dans une impasse ou l’assassin s’est plu a une mise en scene particulierement odieuse. Crime crapuleux ? Vengeance ? Reglement de comptes ?
Et si la reponse se trouvait a Toulon, d’ou arrive le bruit des frasques des fils de bonne famille qui servent le roi dans les Gardes-marines ?
Tandis que la noblesse d’Aix enterre ses morts, Hilarion charge officieusement de l’enquete, doit affronter un monstre qui le defie en signant ses crimes : les corps sont tous abandonnes dans les lieux les plus repugnants.
Neanmoins, le jeune chevalier Hilarion peut-il compter sur le lieutenant criminel Lebrest, si soucieux de defendre ses prerogatives face a une noblesse qui n’a que mepris pour lui ? La verite, au demeurant, interesse-t-elle ce bourgeois a qui ces messieurs du Parlement ferment leurs portes ? Apres tout, l’assassin ne parait s’en prendre qu’a ces « aristos », auxquels Pierre, nouveau domestique du Chevalier, semble vouer une haine farouche. Un valet rebelle qu’il faudra mettre au pas !
Fort de sa reputation d’investigateur et de duelliste, Hilarion, tout a la fois cruel et precieux, est un personnage bien deconcertant. Dans l’ombre du vieux palais comtal, il decouvrira la corruption des coeurs et devra faire face a ses propres demons.
L’enquete policiere qui se developpe au sein de la noblesse d’Aix met en scene un jeune aristocrate provencal, le chevalier Hilarion, charge par l’Intendant de Provence, M. de La Tour, d’enqueter sur une serie de meurtres : trois fils de parlementaires sont assassines dans des conditions particulierement odieuses – corps retrouves sodomises et emascules. Ces meurtres, par leur caractere scandaleux et si contraires aux moeurs, choquent « la bonne societe » et confirment les rivalites en son sein. Ils renvoient l’image d’une noblesse a la fois libertine, violente, sure de son bon droit et en fin de compte tres divisee, ayant perdu une partie de son prestige aupres du peuple.
Le personnage d’Hilarion permet de glisser d’un plan historique general – avenement du jeune Louis XVI deux ans auparavant, retablissement par le souverain des Cours de parlement exilees jusqu’en 1774, etc. – a une histoire plus locale – l’abandon du Palais Comtal, affaire des Jesuites, etc. – qui eclaire certains fonctionnements institutionnels :
Parlement d’Aix (equivalent de notre cour d’appel), senechaussee (equivalent de notre tribunal de premiere instance), arsenal de Toulon aux mains de « la Royale », sources d’incessantes rivalites.
Le roman saisit un quotidien (sonore, olfactif, effet de foule, processions, etc.) qui tranche, par sa brutalite, avec l’image un peu conventionnelle que nous avons du xviiie siecle.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *